Née le 21 avril 1981, Nagham Hodaifa نغم حُديفة engage une carrière artistique depuis son plus jeune âge, sa première exposition personnelle date à ses 16 ans à Swaida al-Kafer sa ville natale en Syrie, et depuis elle n’a jamais arrêté de peindre et d’approfondir son art.

Diplômée de la Faculté des Beaux-Arts à l’Université de Damas et d’un DEA de la même école, département peinture en 2003. Puis, boursière, elle part en 2005 pour étudier en France. Elle entame alors un cursus en Histoire de l’art à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. En 2015, elle soutient une thèse de doctorat, qu’elle remanie, abrège et publie sous le titre de Marwan, face à face dans la maison d’édition académique internationale Peter Lang dans la collection « Études culturelles et sociales sur le Moyen-Orient », en 2018.

Ce travail de recherche à travers la problématique du visage dans le travail de Marwan (une figure majeure de la peinture du monde arabe et une référence dans l’histoire de l’art berlinois) permet à Nagham d’approfondir les thèmes qui infusent sa propre pratique artistique. Durant ses longues années de recherche, elle continue à pratiquer son art ; elle expose régulièrement et conçoit plusieurs performances et spectacles vivants pluridisciplinaires : fruit d’un dialogue entre la peinture, le dessin (avec plus tard la calligraphie et la poésie) avec la musique et la danse.

Les polyptyques de grands formats oblongs, qui apparaissent comme une oscillation entre figuration et abstraction, règnent dans son projet pictural de fin d’études aux Beaux-arts et dans ses premières œuvres réalisées en France. Le point de départ dans ces peintures est l’atelier. Lieu lyrique, paysager ; qui se transforme en paysage. Ce recours au « paysagisme » l’accompagne dans ses thématiques futures. Inné, intime, ceci renvoie directement à ses premiers souvenirs d’enfant. Notamment la couleur verte.

Le mouvement qui existe grâce à la couleur dans ses polyptyques oblongs de plusieurs mètres en large, conduit Nagham à inviter des danseurs et un musicien à dialoguer et à improviser en rapport avec ses toiles. La mise en scène picturale s’invente. La peintre conçoit, au péril de l’œuvre, une manière nouvelle d’exposer la peinture en mouvement qui oblige à repenser les usages et les matériaux, ainsi Laqlaq l’atelier. Le héron qui fit danser les peintures (2009).

Ces dialogues pluridisciplinaires dans Laqlaq l’atelier suivis par plusieurs performances comme Tympan (2010), et grâce à sa propre pratique du dessin sur le vif avec le corps-danseur, amènent Nagham à concevoir une autre esthétique qui aboutit à des créations postérieures qui relatent la condition humaine au moyen de la représentation du corps. Ce dernier, anonyme, nu ou drapé, entier ou fragmenté, se métamorphose parfois en paysage, géographie de l’intime. Certaines œuvres de ces séries ont été montrées dans Murmures (une exposition conçue par Nadine Fattouh, Galerie David Ghezelbash, à Paris en 2016) et dans l’exposition À la plume, au pinceau, au crayon : dessins du monde arabe, au musée de l’Institut du monde arabe, (Paris, 2019).

Le thème dans son travail résulte d’une réflexion continue, souvent reprise au cours des années. Ainsi les gants, la chemise de nuit, le corps-paysage et la draperie… Le sujet va du minuscule au monumental, de l’intime au spectaculaire. Certaines performances où la peintre se met en scène sont une étape dans le processus d’élaboration de son œuvre qui sera reprise dans son atelier. Ainsi Chemise de nuit 2 (2013) précédée par le spectacle Empreinte mon accent (2010), ou Les Atours de la nuit (tondo de 3,39m diam.), précédé par la performance avec le percussionniste Youssef Hbeisch et le clarinettiste et flûtiste Mohamed Najem inspirée par les vers d’une ode (mu’allaqa) du poète Imru’ al-Qays, au Musée de l’Institut du monde arabe, lors de la Nuit européenne des musées 2019.

En parallèle à ses thématiques où s’entremêlent la mémoire et le souvenir, dans ses travaux les plus récents surgit une recherche sur le monde arabe comme dans sa performance Mirage… Sarâb avec le Duo Sabîl qui évoque le jardin et la poésie arabo-andalous qui ornent, entre autres, le bassin dans la cour des Lions de l’Alhambra à Grenade (Journée de patrimoine à l’IMA, 2019).

Son projet actuel intitulé Méditerranée, fin de tout espoir, est dédié à toutes celles et à tous ceux dont le rêve a pris fin en Méditerranée, ce projet dans lequel Nagham collabore avec un physicien et un ingénieur informatique, a obtenu le soutien d’Ettijahat – Independent Culture et Goethe-Institut.

Pour Nagham, la peinture à partir de la matière brute est une nécessité et le savoir de l’alchimie du métier est la base de son art. Elle pratique aussi la performance et la vidéo, en adepte de l’interdisciplinarité en art.

Elle mène une double carrière de peintre et de chercheuse. Elle vit et travaille à Paris depuis 2005.


 

Formations et diplômes

2008 .2015 : Doctorat d’Histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France. Sujet de thèse: L’Œuvre de Marwan de 1964 à nos jours : le visage en question et l’œuvre sur papier sous la direction de Mme Françoise Levaillant, et la co-direction de M. Emmanuel Pernoud (Mention très honorable avec félicitations du jury à l’unanimité). Prix de l’édition de la thèse de l’ED 441 Histoire de l’art, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

2006 .2008 : Master 2 Histoire de l’art, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, France.

2003 : D.E.A. École des Beaux-arts, Université de Damas, Section peinture, Damas, Syrie.

1998 .2002 : Diplôme National des Beaux-arts, Université de Damas, Section peinture, Damas, Syrie. (Prix national, Université de Damas.)

 

Activités et manifestations artistiques (sélection)

2020

Toutes voiles dedans, OVNi, Hôtel WindsoR, Nice. [Artiste en résidence] [solo]

2019

Mirage … Sarâb, performance artistique avec le Duo Sabîl avec Youssef Hbeisch aux percussions & Ahmad Al Khatib au oud, Musée de l’Institut du monde arabe. Paris. Journées Européennes du Patrimoine 2019 (21 septembre et 22 septembre).

Corps & Mémoire, BFM, Limoges, France. [solo]

Les Atours de la nuit, performance artistique avec le percussionniste Youssef Hbeisch & le clarinettiste et flûtiste Mohamed Najem, Musée de l’Institut du monde arabe. Paris. La Nuit européenne des musées 2019.

Un regard sur la création syrienne contemporaine, salle capitulaire du cloître des Récollets, Metz.

Trace de poète, la Fabrique Notre Dame l’Isle sur la Sorgue, Avignon.

A la plume, au pinceau, au crayon : dessins du monde arabe, Institut du monde arabe, Paris, France.

Personal Revolutions, Alserkal Avenue, Atassi Foundation, Dubai, United Arab Emirates.

Salon « Maghreb-Orient des livres », L’Hôtel de ville de Paris, Paris, France.

Où est la maison de mon ami ?, Maison des arts – Centre d’art contemporain, Malakoff, France.

2018

Artiste en résidence, Théâtre de la Cité Internationale, Paris.

Un œil ouvert sur le monde arabe, Institut du monde arabe, Paris.

Portes ouvertes sur l’art contemporain Syrien, Théâtre de la Cité Internationale, Paris.

2017

Syria : Into the Light, Alserkal Avenue, Concrete, Atassi Foundation, Dubaï, Émirats arabes unis.

Permutable art explores collective intelligence”, avec Séverin Krön et Larissa Tomassetti. Festival de Salzbourg, (Projet artistique international, Prix de concours), Salzburg, Autriche.

2016

Murmures. Duo avec Léon Garreaud de Mainvilliers, Galerie David Ghezelbash – Nadine Fattouh, Paris, France

Avec un trait. Elbirou Gallery, Sousse, Tunisie.

Participe aux expositions de “La Caravane Culturelle Syrienne”.

2013 

Disjecta membra. CSC M. Rebérioux, Créteil, France. [solo]

2011

Free go arts 2011. Studio Harcourt, Paris, France.

Corps Accords Désaccords. Galerie Sens Intérieur, Golfe de Saint Tropez, France.

Par nature « le paysage dans l’art contemporain« . Espace d’art contemporain Eugène Baudouin, Antony, France Performance Danse/Dessin. Galerie Sens Intérieur, Golfe de Saint – Tropez, France. [Danse : E. Pernot].

2010

Empreinte mon accent ‒ spectacle vivant pluridisciplinaire (musique, chante d’opéra, danse, peinture et vidéo), Fondation Biermans-Lapotre, Paris, France. (Conception N. Hodaifa). (Idée Karine Medecin-Lemon) [avec Benjamin Laurent, Shoko Kumada, Aishwarya Suultani, Richard Constantin Delice et Thomas Blanchy] Projet sélectionné & subventionné par le FIE. TCI Théâtre de la Cité Internationale.

Performance Danse/Dessin. Collège Néerlandais, Paris, France. [Danse : Valentina Dal Mas].

Tympan ‒ spectacle vivant, (musique, peinture et danse). Fondation Monaco, Paris, France. [Musique : Youssef Hbeisch, danse : Elsa Pernot] (participation Fatma Dahmani) (Projet sélectionné et subventionné par Envie d’Agir, DDJS Hauts-de-Seine).

Danse encrée. Librairie Mona-lisait, Paris, France. [solo]

Théâtre l’Étoile du nord, Paris, France. [solo]

Prix du concours « Création artistique pour l’odyssée d’une utopie », CIUP, Paris, France.

2009

Laqlaq l’atelier ‒ Spectacle vivant, Picardie, Chauny, France.

Laqlaq l’atelier. L’héron qui fit danser les peintures ‒ Spectacle vivant, exposition mouvante-sonore. Improvisation danse-musique en rapport avec les toiles de N. Hodaifa. Collège Néerlandais, Paris. [Musique : Youssef Hbeisch, danse : Elsa Pernot, Janet Amato et Alice Pernot].

Performance danse/peinture. Festival les printemps des poètes, Galerie Communic’art, Galerie Jardin, Paris. [Danse : E. Pernot et J. Amato].

Journées du patrimoine européen 2009, Maison Internationale, Paris, France. (Artiste en résidence printemps-été 2009).

2008

Introduction. Maison de la Tunisie, Paris, France. [solo]

2007

Hommage à l’artiste Sakher Farzat. Galerie Europia, Paris, France.

Cinquièmes journées portes ouvertes. Maison de la Tunisie, Paris, France.

Théâtre Clochard Céleste, Lyon, France. [solo]

2006

Le Vide et le plein. Lyon, France. [solo]

2003 .2004

Palette Art House, Damas, Syrie.

2003

Exposition de la jeunesse syrienne, Damas, Syrie.

2002

Centre Culturel Français de Damas, dans le cadre de l’exposition « Diplômés des Beaux-Arts ».

2eme exposition en solo. al-Kafer Swaida, Syrie. [solo]

2001

Biennale d’al-Aïn, Dubaï, Émirats arabes unis.

1997

1ere exposition en solo. al-Kafer Swaida, Syrie. [solo]

 

Publications (sélection)

N. Hodaifa

Farid Belkahia. Modernité de la tradition, Paris, La Chaire de l’IMA – Casablanca, Centre Culturel du livre, coll. « 100 et un livres », 2020, 140 p.

– « A study on « Feminism » in Syrian Art », قراءة حول « المؤنث » في الفن السوري , dans Personal Revolutions, cat. exp. 9 mars – 8 avril 2019, Atassi Foundation, Alserkal Avenue, Dubaï, UAE. (arabe- trad. anglais)

Marwan. Face à face, Berne, Peter Lang, coll. « Études culturelles et sociales sur le Moyen-Orient », 2018, 396 p.

– « The Face an the Body in Syrian Art », dans Syria : Into the Light, 9 mars – 3 avr. 2017, Alserkal Avenue, Concrete, Atassi Foundation, Dubaï, UAE. (arabe- trad.anglais)

– Marwan Ou la quête obstinée de l’âme humaine. Une myriade de visages,préf. Jack Lang, essai publié à l’occasion de l’exp. Marwan, ou la quête obstinée de l’âme humaine. Peintures, aquarelles, gravures, à l’initiative de Nadine Fattouh et Emanuel Von Baeyer, 23 mars – 11 avr. 2015, Paris, Galerie Jacques Leegenhoek, 2015.

– « Marwan : entre apparition et disparition », in Zamân. Textes, images et documents (Paris), n° 5, été 2012, p. 108-182.

 

Publications mentionnant le travail artistique (sélection)

Isabelle Doucet, « Nagham Hodaifa, « La peinture a dessiné ma vie » », in Revue A (Littérature-action), Une nouvelle revue transculturelle de création, de lectures, de regards, vol. 5 mai-septembre 2019,
p.232-235 ; p.136 et sq.

Fonds Claude & France Lemand – IMA, cat. Donation Claude & France Lemand au musée de l’Institut du monde arabe, Institut du monde arabe, Paris, 2018.

Syria : Into the Light, Alserkal Avenue, Concrete, Atassi Foundation, Dubaï, 2017.

Revival of plastic art memory in Syria. New generation of Syrian artists (vol. 4), Damascus Arab capital of culture, Damascus, Minister of Culture, 2008.

 

Œuvres dans la collection publique _ Fondations

Musée de l’Institut du monde arabe (Paris, France)

Fonds Claude & France Lemand – IMA. Fondation Atassi ; Nadine Fattouh et dans des collections privées à Paris, Londres, Vienne, Lyon, Beyrouth, Prague, Buenos Aires, Berlin, Damas, Milan, Lecce …

 

Qualification et Activités pédagogiques

Maître de conférence, CNU section 22 Histoire et civilisations : histoire des mondes modernes, [n° de qualification 17222294306].

Agréé pour l’intervention en éducation artistique & culturelle dans les écoles.  Depuis mars 2012 Artiste intervenante dans des ateliers Art-plastique, art-thérapie et Workshop auprès d’un public varié : Association GYGO/ Association Lectures Nomades/ Association Astolfo Sulla Luna/ École Anatole France (Le Plessis Robinson, 92350), École élémentaire Noyer-Doré_ Écoles maternelles André-Chénier_ Jules Ferry (Antony, 92160), École Maternelle Fernand Léger (Malakoff, 92240), France.