All rights reserved © Nagham Hodaifa

Le corps, parfois dansant, parfois prostré, entier ou fragmenté, n’a cessé de se transformer dans mon univers pictural, depuis 2008, et ce thème se poursuit aujourd’hui : embryon, corps-paysage, géographie de l’intime, parfois sans-tête ni visage. Il est anonyme. La question du genre n’a pas lieu ici, bien que le féminin prime. Le corps entier devient visage et miroir. Le temps s’enfuit de ces corps qui semblent intemporels et impérissables. Le vide campe et attire l’attention.

Dans cette série des corps sur papier réalisée en 2010-2012 qui ne franchit pas les dizaines de centimètres, il s’agit d’un dessin autonome, sans esquisse, qui est une fin en soi.

Twitter
Instagram